Sonnfjord (B)

Derrière chaque grand groupe, même en devenir, se cache-t-il une femme ?
Pour les autres, on n’est pas sûr mais en ce qui concerne Sonnfjord il y a d’abord Maria-Laetitia, sa voix, sa guitare.
Composer, décomposer, recomposer : la jeune chanteuse et compositrice belge s’est fait sa révolution à coups de mélodies pop fulgurantes, criblées de rythmiques explosives et dansantes. Entourée par Aurelio Mattern, son frère, et François de Moffarts, tous deux musiciens et arrangeurs, ils forment une union naturelle qui renverse l’ordre de leurs univers pour toucher ceux de La Roux et de Lorde.

On a découvert le premier single, « Dust And Shapes », éclairé par les néons frémissant du soir qui tombe. Le dernier single en date, « Lights », très présent sur les radios, parle d’ici et d’ailleurs, de la solitude des grandes cités, de la mélancolie qui coule dans leurs caniveaux, de lieux de tous les possibles, où la fébrilité et les battements de cœur à outrance  sont de mise.

Un groupe à suivre, incontestablement.